Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Monastère de la Maison de l'Inspir

Pòeme

31 Mai 2020 , Rédigé par Monastère de la Maison de l'Inspir

Pòeme

En reliance avec le flot de l'impermanence

qui roule sans fin

sur la plage apaisée de ma chair meurtrie

je me couche au mitan du lit de la résurgence

Et m'abandonne à la cascade du rire

qui jaillit de ma profondeur.

 

Un scarabée d'or sommeille  au feuillage de mes blessures

et son souffle subtil vibre en ondes bienfaisantes

dans ma peau caressée.

______

.

Une source sourd dans la plaine de mes peurs

et je l'embrasse à pleine mains

déliant ainsi les restes de la  corde de culpabilité

qui m'étouffait encore.

La jarre enterrée se fissure, et son nectar se mêle à la source

abreuvant joyeusement  mes terres asséchées.

_______

 

Sans un regret tu oses jaillir de ta boue

et pénétrer dans tes terres nouvelles

où tu pressens  refuge et réconciliation.

________

 

Si l'Atlantide m'était contée,

si ceux que j'ai croisés dans d'autres vies se manifestaient,

que de monde à embrasser au festin de l'éveil !

________

 

On ne se sait jamais tant aimé et aimant

que lorsqu'on a saturé d'amour son enfant intérieur,

qu'on a rompu les amarres

qui nous reliaient encore à l'ancien monde,

et que l'on sent notre  navire poussé par les vents de compassion

________

 

Au revers de ma veste une marguerite rescapée de l'ancien monde,

dans ma poche un crayon et une feuille vierge.

Les trois sont là pour te dire ce que j'avais oublié

et qui s'est révélé à moi ce matin :

je suis aimé et aimant

Je suis toi, tu es moi

et le souffle d'amour est ma source et mon océan.

 

25 Avril 2017       Chân Thâm Hanh

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article