Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Monastère de la Maison de l'Inspir

Le Printemps

22 Février 2019 , Rédigé par Maison de l'Inspir

Le Printemps

Cher-e-s ami-e-s,

Après la retraite d’hiver et le TET, le printemps est arrivé à la Maison de l’Inspir. Dans notre jardin il y a des crocus, des jonquilles, de perce-neiges et les oiseaux nous chantent leurs chansons dès le matin.

Avant de partir au Village des Pruniers, nous voulons encore partager avec vous :

 

 La Maison de l’Inspir fermera le 28 février

Nos frères et sœurs au Village des Pruniers vont commencer la retraite monastique 1 jour plus tôt.  Donc pour être là-bas le 1er mars, il nous faut partir le 28 février et donc fermer la maison 1 jour plus tôt que prévu. Ce dimanche, 24 février sera la dernière journée d’ouverture. Excusez-nous, les ami-e-s de jeudi !

La Maison réouvrira ses portes le samedi 23 mars. Ce jour-là, nous invitons spécialement les parents et les enfants de venir pour un après-midi Familles du Cœur.

 

Journée de Pleine Conscience au Monastère de la Source Guérissante 3 mars

En l’absence des frères et sœurs, nos amis laïcs à Verdelot organiseront une retraite laïque. En plus, ils ouvriront les portes de Monastère pour une journée de Pleine Conscience le 3 mars. Tout le monde est bienvenu !

 Pour plus d’information : https://sourceguerissante.fr/event/journee-de-pleine-conscience-4/

 

Enseignement de  Thay 12 juin 2014

Pour écouter la traduction française de l’enseignement de Thay du 12 juin 2014, cliquez ici.

 

 

 

Le Printemps

Phrases parallèles

Les nouvelles phrases parallèles pour l’année lunaire du cochon sont : Harmonie chez soi, joie dans le monde.

Ces phrases sont un cadeau poétique que nous pouvons imprimer et afficher sur les murs pour nous rappeler de pratiquer la pleine conscience. Le couplet peut être combiné avec notre respiration. Par exemple, nous pouvons contempler « l’harmonie chez soi» lorsque nous inspirons et contempler «la joie dans le monde» lorsque nous expirons. Ces mots ne sont pas une déclaration, mais une aspiration vivante que nous souhaitons nourrir.

 

Tradition ancienne, renouvelée de manière créative

Les couplets poétiques du Nouvel An sont une tradition ancestrale en Orient, notamment au Vietnam et en Chine. Souvent sur du papier rouge, ils sont collés sur des encadrements de portes, des linteaux et même des outils agricoles pour apporter de la chance pour l’année à venir. Les calligraphies de maîtres spirituels sont particulièrement populaires. Le couplet traditionnel écrit en caractères chinois est un art magistral - une sorte de «forme écrite de contrepoint» profonde et concise.

 

Thay a établi une tradition, à la veille du Nouvel An lunaire, d'offrir à la sangha un simple couplet poétique en calligraphie qui puisse inspirer et nourrir notre pratique de la pleine conscience. L’innovation de Thay a été d’offrir le couplet en anglais, français et vietnamien (plutôt qu'en caractères chinois). La communauté du Village des Pruniers est très heureuse de poursuivre cette belle tradition.

Rejoignez-nous dans cette pratique

Vous pouvez imprimer et afficher les couplets sur votre réfrigérateur, sur les portes ou à proximité des interrupteurs, pour vous rappeler de rester attentif à leur message et pour vous renouveler en les appliquant dans votre vie quotidienne. Vous pouvez faire preuve de créativité avec comment et où poster et pratiquer les phrases. Vous pouvez les afficher sur le cadre de la porte lorsque vous sortez pour faire face à votre journée, ou même sur le miroir de la salle de bain.

 

télécharger les phrases parallèles ici

Au Village des Pruniers, nous affichons toujours les deux diamants complémentaires comme un couple, proches l’un de l’autre (en haut, en bas, à côté - peu importe lequel) - généralement sur les portes, les fenêtres ou les murs.

 

Nous espérons que ce nouveau couplet vous apportera, à vous et à vos proches, une source d’inspiration et de nourriture pour la nouvelle année à venir. Cette année, la calligraphie est de Thay Phap Huu (l’abbé du Hameau du Haut).

Le Printemps
Lire la suite

Septième Message de la Retraite d'hiver

17 Février 2019 , Rédigé par Maison de l'Inspir

Septième Message de la Retraite d'hiver

Chers amis,

ce dimanche 17 février c'est la cérémonie de clôture de la retraite de trois mois ; elle a commencé dans les couleurs flamboyantes de l'automne, elle prend fin dans les tout premiers signes du printemps, qui se mêlent à l'hiver encore bien présent : il y a encore des gelées, beaucoup d'arbres ont de belles silhouettes comme à l'encre de Chine sur le ciel, mais les mimosas nous ont éblouis dès le mois de janvier aux étals des fleuristes, et dans les jardins parisiens on peut voir apparaître les tout premiers crocus.

Trois saisons présentes dans notre retraite !

et les fêtes de Noël, puis du 1er janvier, puis du Têt...que de changements, de fins, de débuts...

et dans nos vies à chacune, à chacun, beaucoup d'événements ont pu se produire, de débuts, de fins ; certains ont pu nous rendre tristes, et d'autres ont pu nous rendre heureux.

 

Quelquefois peut-être, dans ce grand courant de changements, nous nous sommes rappelé que c'était la retraite d'hiver, et qu'elle était comme une île où nous pouvions demeurer, concentrés, conscients d'être ensemble, d'être une aide les uns pour les autres dans notre quête de présence attentive et de compréhension.

En écrivant et en lisant ces messages de la retraite d'hiver chez soi, nous avons créé une sangha (parfois invisible !) où nous faisons l'expérience évidente de notre interêtre, exactement comme dans un cercle de partage du dharma.

Et nous avons eu la chance de suivre pas à pas les enseignements de Thay de juin 2014, pendant la retraite de trois semaines.

Aujourd'hui nous vous envoyons la même calligraphie de Thay que lors du premier message, pour symboliser que cette fin de la retraite d'hiver est aussi un début, et en tous cas pas la fin de notre pratique de concentration et de sangha !

Tout ce qui est né pendant cette retraite continue, comme les ruisseaux continuent la source.

 

Un des signes de cette continuation est que les enseignements de Thay de la retraite de trois semaines vont continuer d'être mis en ligne régulièrement. Les dates ne sont pas fixées mais nos soeurs nous ont dit que c'était sûr, la diffusion de ces enseignements allait bien continuer.

Merci chères soeurs de ce travail, de ce temps important que vous y consacrez.

C'est une très grande chance pour nous, et nous resterons réunis dans cette écoute, et ce cheminement des trois semaines de juin 2014 : un cycle d'enseignements très précieux, où Thay nous guide dans une vision de plus en plus profonde et complète de la réalité. (A la dernière session de questions-réponses de cette retraite Thay avait demandé en souriant si nous avions ENCORE des questions qui restaient après tous ces enseignements !)

Septième Message de la Retraite d'hiver

Chers amis,

ce dimanche 17 février c'est la cérémonie de clôture de la retraite de trois mois ; elle a commencé dans les couleurs flamboyantes de l'automne, elle prend fin dans les tout premiers signes du printemps, qui se mêlent à l'hiver encore bien présent : il y a encore des gelées, beaucoup d'arbres ont de belles silhouettes comme à l'encre de Chine sur le ciel, mais les mimosas nous ont éblouis dès le mois de janvier aux étals des fleuristes, et dans les jardins parisiens on peut voir apparaître les tout premiers crocus.

Trois saisons présentes dans notre retraite !

et les fêtes de Noël, puis du 1er janvier, puis du Têt...que de changements, de fins, de débuts...

et dans nos vies à chacune, à chacun, beaucoup d'événements ont pu se produire, de débuts, de fins ; certains ont pu nous rendre tristes, et d'autres ont pu nous rendre heureux.

 

Quelquefois peut-être, dans ce grand courant de changements, nous nous sommes rappelé que c'était la retraite d'hiver, et qu'elle était comme une île où nous pouvions demeurer, concentrés, conscients d'être ensemble, d'être une aide les uns pour les autres dans notre quête de présence attentive et de compréhension.

En écrivant et en lisant ces messages de la retraite d'hiver chez soi, nous avons créé une sangha (parfois invisible !) où nous faisons l'expérience évidente de notre interêtre, exactement comme dans un cercle de partage du dharma.

Et nous avons eu la chance de suivre pas à pas les enseignements de Thay de juin 2014, pendant la retraite de trois semaines.

Aujourd'hui nous vous envoyons la même calligraphie de Thay que lors du premier message, pour symboliser que cette fin de la retraite d'hiver est aussi un début, et en tous cas pas la fin de notre pratique de concentration et de sangha !

Tout ce qui est né pendant cette retraite continue, comme les ruisseaux continuent la source.

 

Un des signes de cette continuation est que les enseignements de Thay de la retraite de trois semaines vont continuer d'être mis en ligne régulièrement. Les dates ne sont pas fixées mais nos soeurs nous ont dit que c'était sûr, la diffusion de ces enseignements allait bien continuer.

Merci chères soeurs de ce travail, de ce temps important que vous y consacrez.

C'est une très grande chance pour nous, et nous resterons réunis dans cette écoute, et ce cheminement des trois semaines de juin 2014 : un cycle d'enseignements très précieux, où Thay nous guide dans une vision de plus en plus profonde et complète de la réalité. (A la dernière session de questions-réponses de cette retraite Thay avait demandé en souriant si nous avions ENCORE des questions qui restaient après tous ces enseignements !)

 

Toujours pour continuer :

nous pourrions, en contrepoint des enseignements sur les huit corps que nous avons suivis ces dernières semaines, reprendre cette pratique proposée par Thay dans le livre Un lotus s'épanouit.

La voici, avec une partie du commentaire que Thay en fait ensuite.

Nous pouvons la personnaliser, en ajoutant telle ou telle partie de notre corps qui nous semble avoir spécialement besoin de notre attention guérissante.

 

EXERCICE 6

TOUCHER, RELIER

 

1- Conscient de la présence de cheveux sur ma tête, j'inspire.

Souriant aux cheveux sur ma tête, j'expire.

(Cheveux, Sourire)

 

2- Conscient de mes yeux, j'inspire.

Souriant à mes yeux, j'expire.

(Yeux, Sourire)

 

3- Conscient de mes oreilles, j'inspire.

Souriant à mes oreilles, j'expire.

(Oreilles, Sourire)

 

4- Conscient de mes dents, j'inspire.
Souriant à mes dents, j'expire.

(Dents, Sourire)

 

5- Conscient de mon sourire, j'inspire.

Souriant à mon sourire, j'expire.

(Sourire, Sourire)

 

6- Conscient de mes épaules, j'inspire.

Souriant à mes épaules, j'expire.

(Epaules, Sourire)

 

7- Conscient de mes bras, j'inspire.

Souriant à mes bras, j'expire.

(Bras, Sourire)

 

8- Conscient de mes poumons, j'inspire.

Souriant à mes poumons, j'expire.

(Poumons, Sourire)

 

9- Conscient de mon coeur, j'inspire.

souriant à mon coeur, j'expire.

(Coeur, Sourire)

 

10- Conscient de mon foie, j'inspire.

Souriant à mon foie, j'expire.

(Foie, Sourire)

 

11- Conscient de mes intestins, j'inspire.

Souriant à mes intestins, j'expire.

(Intestins, Sourire)

 

12- Conscient de mes reins, j'inspire.

Souriant à mes reins, j'expire.

(Reins, Sourire)

 

13- Conscient de mes pieds, j'inspire.

Souriant à mes pieds, j'expire.

(Pieds, Sourire)

 

14-Conscient de mes doigts de pied, j'inspire.

Souriant à mes doigts de pied, j'expire.

(Doigts de pieds, Sourire)

 

Cet exercice aide le méditant à se mettre au diapason de son corps. L'inspir sert à toucher un endroit particulier du corps : yeux, oreilles, coeur, poumons, etc. L'expir sourit à cette partie du corps. Le demi-sourire peut apporter douceur et guérison ; il exprime soin et tendresse pour le corps. Les poumons, le coeur et le foie travaillent dur depuis plusieurs décennies, mais combien de fois avons-nous pris le temps de leur montrer notre attention, notre compassion ?

[...] ...si nous respirons consciemment et prenons contact avec les différentes parties du corps, nous pourrons les comprendre et apprendre concrètement comment leur apporter la paix et la joie. La paix et la joie du coeur ne sont rien d'autre que notre propre paix et notre propre joie. Cet eexercice est une méditation d'amour envers le corps. Si nous ne sommes pas capables d'aimer notre corps, comment pouvons-nous aimer quiconque ?

La première fois que vous pratiquez cet exercice, il se peut que vous le trouviez trop simple, mais après quelque temps de pratique, vous pourrez constater son impact.

Tout d'abord vous ne faites que reconnaître, sourire aux différentes parties de votre corps, mais petit à petit vous pourrez voir chaque partie avec clarté et profondeur. Chaque cheveu, chaque cellule renferme toutes les données nécessaires pour composer l'univers. C'est l'enseignement sur l'interdépendance que l'on trouve dans L'Adamsaka Sutra. Chaque cheveu sur votre tête est un message qui vient de l'univers. Vous pouvez réaliser l'éveil en méditant sur un simple cheveu.

Si vous faites cette pratique tout seul, vous pouvez la faire quand vous vous allongez pour vous reposer ou avant de dormir.

 

Bonne continuation chers amis, dans l'amitié de nos sanghas, la compréhension des enseignements de Thay, et la beauté des saisons !

 

Septième Message de la Retraite d'hiver
Lire la suite

Retraite laïque a Verdelot

13 Février 2019 , Rédigé par Maison de l'Inspir

Retraite laïque a Verdelot

Nos frères laïques du monastère de la Source Guérissante a Verdelot vous invitent pour une retraite pendant l'absence des frères monastiques:

La Source Guérissante est heureuse d’annoncer une semaine pour expérimenter la pratique, du 27 février (après-midi) au 5 mars 2019 (17h), combinant les principes et modalités d’une retraite et d’un partage d’expériences entre pratiquants.

Nos frères, en retraite Monastique au Village des Pruniers, nous offrent l’opportunité de nous rassembler entre laïcs pour vivre ensemble dans la joie, la paix et la fraternité, en cultivant une vie saine et compatissante et en pratiquant le regard profond et l’écoute aimante.

Le thème proposé pour cette semaine est « créer une communauté de vie laïque avec la pratique du Village des Pruniers ».

Nous aurons à cette occasion la possibilité de pratiquer ensemble et de nourrir notre communauté pour vivre en harmonie, nous permettant également d’établir cette qualité de relations avec notre famille, nos collègues de travail et les personnes que nous rencontrons tous les jours. Nous aurons également l’opportunité de mieux comprendre nos besoins, nos aspirations et notre propre souffrance ainsi que ceux de celles et ceux que nous aimons.

Chaque jour des partages / enseignements seront donnés par des Enseignants du Dharma, membres de l’Inter-Être et pratiquants, associés à un programme d’activités de méditation assise, marche méditative, repas en pleine conscience, méditation de service, etc. dans la joie d’être ensemble et dans la beauté de la campagne environnante.

Pour réserver: https://sourceguerissante.fr/event/creer-une-communaute-de-vie-laique-avec-la-pratique-du-village-des-pruniers/

 

Lire la suite

Sixième message de la Retraite d'hiver

6 Février 2019 , Rédigé par Maison de l'Inspir

Sixième message de la Retraite d'hiver

« Nous sommes les enfants de la lumière. Nous les fils et les filles du soleil et des étoiles. Tout le cosmos converge pour soutenir notre corps en cet instant, et notre petit corps humain contient l’ensemble des phénomènes » Thích Nhất Hạnh (L’Art de Vivre)

Chère Sangha,

 

Nous ne sommes pas limités(es) par notre corps humain, nous sommes bien plus grands(es) que cela, et avec la vision profonde, la vision de l’inter-être, nous sommes en mesure de voir et comprendre l’interaction entre les évènements qui se produisent autour de nous et en nous-mêmes.

 

Alors nous réaliserons sans doute, très vite, l’interdépendance qui nous relie les uns(es) aux autres, et verrons ces liens, tissés telle une fine toile, unir les êtres vivants, les humains, les animaux, les plantes, les minéraux,… dans un même élan de vie, une vie commune à tous et à toutes.

 

Ne nous arrêtons pas à l’apparence et entrons directement dans ce monde, l’Absence de Signes (Animitta), que l’on peut toucher très facilement où que l’on soit.

Lorsque nous ouvrons le robinet d’eau pour nous laver les mains, nous savons que cette eau qui coule sur nos mains ne vient pas seulement du robinet, nous savons qu’auparavant cette eau est sortie de la terre, d’une source, ou bien elle a dévalé les pentes d’une montagne, qu’elle est le fruit de la transformation d’un nuage, lui-même issu de l’évaporation des océans et des mers principalement ; et nous savons bien aussi que notre corps humain est composé en grande partie de cette eau, de ce nuage.

 

Ne soyons pas limités par nos notions d’apparences et pratiquons le regard profond pour contempler paisiblement notre corps en nous posant peut-être cette question : « cher corps, où étais-tu avant ma naissance, et demain, un jour prochain, où seras-tu après ta dissolution ? »

Regardons et prenons le temps d’examiner avec attention chaque moment, chaque condition, qui se sont produits jusqu’à notre naissance, comme la présence de nos parents, les évènements qui ont conduit nos parents à se rencontrer, la présence de nos grands-parents, de nos ancêtres, etc…, et si possible, nous pouvons essayer de faire de même pour ce moment spécial que nous appelons « la mort », observant clairement le processus de dissolution de notre corps.

C’est un entraînement qui, en tant que pratiquant de méditation, doit être fait légèrement, en pleine conscience de sa respiration, de son corps, de son esprit, afin de voir vraiment que nous ne naissons pas de rien et que lorsque les conditions ne seront plus suffisantes à notre vie, notre existence, nous ne deviendrons pas rien, nous ne retournerons pas à quelque chose qui s’appelle « néant ».

C’est une pratique qui permet de toucher les éléments de non-naissance et de non-mort en nous.

Thầy nous a souvent enseigné qu’une vague ne meurt jamais, qu’elle n’est faite que d’eau et que lorsque la vague cesse et disparaît à nos yeux, elle retourne simplement à l’eau de la mer, de l’océan, pour à nouveau renaître à l’infini.

 

Peut-être nous nous posons la question de l’endroit d’où nous venons, pourquoi nous sommes là et que faisons-nous ici, et que malgré tout, nous persistons quelque part à avoir encore une croyance en une entité supérieure qui aurait créé de toutes pièces ce monde où nous vivons avec tout ce qui le peuple, ainsi que son environnement composé d’astres, d’étoiles, de planètes, d’une multitude de galaxies et autres trous noirs,… mais laissons là toutes ces questions sans réponses et observons à nouveau notre corps qui, à notre dimension, se trouve à la charnière entre l’infiniment grand et l’infiniment petit. Avec un peu d’attention, nous pourrons voir par exemple que l’infiniment petit est aussi vaste que l’infiniment grand, que pour apercevoir ne serait-ce qu’une infime partie de ces deux mondes nous avons besoin de puissants télescopes et microscopes, que ce corps humain recèle à la fois les germent de la vie et de la mort en même temps, avec la naissance et la destruction de nombreuses cellules à chaque instant. Qu’il est constitué de milliards de bactéries sans lesquelles nous ne pourrions nous mouvoir, qu’il est traversé en permanence par les rayonnements solaires, par la lumière des étoiles, par les ondes magnétiques ; que ce corps est composé des éléments de base de notre planète à savoir la terre et l’eau, l’air et le feu (sous forme de lumière), sans lesquels la vie ne pourrait apparaître.

 

Nous avons un corps cosmique, composé et traversé en permanence par toutes les particules du cosmos qui de l’infiniment grand se retrouvent en nous sous la forme de l’infiniment petit.

Nous avons aussi un corps cosmique au sens de la conscience proprement dite, conscience qui ne peut être dissociée de notre corps physique.

Ici le mot « cosmos » peut vouloir dire « monde » ; et nous savons qu’il peut y avoir de nombreux mondes qui se présentent à nous et qui nous composent, comme le monde des formes, des sons, des odeurs, des goûts, des objets tangibles (le toucher). Mais aussi les mondes des sensations et des perceptions, des formations mentales. Le monde de la conscience mentale que nous pouvons appeler le monde des représentations mentales lié étroitement aux mondes précédemment cités.

 

Il y a encore un monde que nous pourrions nommer comme étant le monde de la « nature véritable du corps cosmique » : la conscience du tréfonds (Alaya) où se trouvent toutes les graines, tous les germes de la vie, stockés comme dans une cave ou un grenier ; tout est là disponible, imprégnant notre corps et notre esprit tout entier. Cette conscience est la manifestation ultime du cosmos en nous-mêmes, c’est l’expression de la connaissance directe et intuitive de la vie, non voilée par le fonctionnement mental.

 

Nous vous proposons ici un petit témoignage d’un ami :

 

« dans ma pratique à la maison, ou à l’extérieur, lorsque je m’assois près des plantes du salon ou sous les arbres dans un parc, dans une forêt, je fais toujours en sorte d’établir la paix en moi afin d’être disponible et réceptif à moi-même et à mon environnement ; et après quelques respirations calmes et détendues, je commence à voir « vraiment » les plantes du salon, les orchidées, ou les arbres du parc, de la forêt, en profondeur, reconnaissant là, la présence du soleil, du nuage, de la terre, du jardinier… je fais cela régulièrement, un peu comme une prise de médicament, et d’ailleurs je dois dire que j’ai un bon médecin, et que c’est sûrement la seule ordonnance que je suis à la lettre ! D’autres fois, lorsque je m’assois avec ces plantes, ces arbres, je ne fais rien de spécial, je m’assois juste pour m’assoir, avec les plantes, comme si elles étaient d’autres personnes pratiquantes assises près de moi ; nous sommes là ne faisant rien, paisibles, dans une même respiration, et je ne porte pas alors un jugement de forme ou de couleur, de beauté ou non, ni aucune discrimination ; il y a une sorte d’unité qui s’installe entre ces plantes et moi-même, et ce temps d’assise qui autrefois me paraissait si long parce que je ne voyais pas encore les bienfaits de la méditation, me parait aujourd’hui extrêmement court, et pourtant lorsque je cesse cette assise, bien souvent quarante minutes se sont déjà écoulées, parfois un peu plus ou un peu moins. Je ne mesure jamais mon temps. Et d’autres fois encore, lorsque je suis pris par de fortes douleurs physiques, ou morales, et que la prise de comprimés ne suffit pas à calmer ces douleurs, je vais m’assoir sous les arbres, le dos bien droit sur un banc ou un rocher, et je reste là de cette même manière, lâchant prise de tout et faisant confiance, sachant qu’en moi il y a une sorte de « connaissance » qui sait quoi faire sans passer par le mental… je fais confiance, et je me confie tout entier, on pourrait dire « corps et âme » à la nature, à ma vraie nature que je ne perçois pas bien encore. Cependant cela ne fonctionne pas toujours, surtout lorsque je perds patience ou que je n’arrive pas à lâcher la prise avec mes formations mentales négatives. Globalement ma vie s’améliore peu à peu, et je sais que je ne dois pas attendre de souffrir ou d’être perdu pour pratiquer, que la méditation, pour moi, est une prescription bienfaisante à mettre œuvre un peu tous les jours… »

 

Chère Communauté, pour finir ce long message nous vous offrons ci-dessous une méditation guidée de Thầy qui se trouve dans le livre : l’Art de Vivre, notamment pour celles et ceux qui ne l’aurait pas en leur possession :

 

 

 

 

« Respirer avec le cosmos »

 

« J’inspire, je vois l’élément terre en moi, l’élément air en moi. Je vois les nuages, la neige, la pluie et les rivières en moi. Je vois l’atmosphère, le vent et les forêts en moi, les montagnes et les océans en moi. Je vois la Terre en moi.

J’expire, je souris à la Terre en moi. Je fais un avec la Mère Terre, la plus belle planète de notre système solaire.

La Mère Terre en moi

Souriant à la plus belle planète de notre système solaire

 

J’inspire, je vois l’élément lumière en moi, je suis fait de lumière, je suis fait de soleil. Je vois notre étoile comme source infinie de vie, nous nourrissant à chaque moment. Le Bouddha Shakyamuni était un fils du Père Soleil, moi aussi.

J’expire, je souris au soleil en moi. Je fais un avec le Soleil, une étoile, l’une des plus belles étoiles de toute notre galaxie.

Je suis un enfant du Soleil

Je suis une étoile

 

J’inspire, je vois tous mes ancêtres en moi ; mes ancêtres minéraux, végétaux, animaux et humains. Mes ancêtres sont toujours présents, vivants dans chaque cellule de mon corps et je joue un rôle dans leur immortalité.

J’expire, je souris au nuage dans mon thé. Un nuage ne meurt jamais. Un nuage peut devenir neige ou pluie, mais jamais rien. Je joue également mon rôle dans l’immortalité du nuage.

Je suis mes ancêtres

Jouant mon rôle dans l’immortalité de mes ancêtres

 

J’inspire, je vois les étoiles et les galaxies en moi. Je suis la conscience qui se manifeste en tant que cosmos. Je suis fait d’étoiles et de galaxies.

J’expire, je souris aux étoiles en moi. Je joue mon rôle dans l’immortalité des nuages, de la pluie, des étoiles et du cosmos.

Souriant aux étoiles et aux galaxies en moi

Jouant mon rôle dans l’immortalité des étoiles et du cosmos

 

J’inspire, je vois que rien n’est créé et rien n’est détruit ; tout est en transformation. Je vois la nature de non-naissance et non-mort de la matière et de l’énergie. Je vois que la naissance, la mort, l’être et le non-être ne sont que des idées.

J’expire, je souris à ma vraie nature de non-naissance et non-mort. Je suis libre de l’être et du non-être. Il n’y a ni mort ni peur. Je touche le nirvana, ma vraie nature sans naissance ni mort.

Rien n’est créé, rien n’est détruit

Je suis libre de l’être et libre du non-être »

 

Thích Nhất Hạnh (L’Art de Vivre)

Sixième message de la Retraite d'hiver
Lire la suite

Educ'Inspir

2 Février 2019 , Rédigé par Maison de l'Inspir

Educ'Inspir
L'atelier Educ'Inspir (la pleine conscience dans le secteur éducatif ), initié par Christiane Terrier, continue ses belles aventures en votre compagnie!
 
Nous vous proposons de nous rencontrer pour une journée de pleine conscience le SAMEDI 30 MARS DE 10H à 17h.
Nous vous remercions de confirmer votre présence en envoyant un mail à educinspir@gmail.com, car la capacité d'accueil de la Maison de l'Inspir est limitée à 40 personnes environ.
 
En cas d'annulation, pourriez-vous nous prévenir le plus tôt possible (2 jours avant le 30 mars serait l'idéal)...
 
Penser à ;) :
- apporter un plat végétalien, que nous partagerons en pleine conscience pour le déjeuner
- prendre un stylo ou crayon à papier et quelques feuilles.
 
Au plaisir de vous rencontrer!
 
Un sourire au cœur de l'instant qui nous unit.
 
Guillaume, Catherine, Nathalie et Banu
Lire la suite